Spot sur la situation énergétique de l’Egypte en 2018

Marwa Mourad Lundi 04 Juin 2018-15:12:37 Economie
L’immense gisement de Zohr
L’immense gisement de Zohr

La principale découverte de gaz naturel en Méditerranée orientale a été effectuée au large des côtes égyptiennes en août 2015 : les réserves de l’immense gisement de Zohr («prospérité » en arabe) sont estimées à près de 850 milliards de m3, soit l’équivalent de plus de 16 années de consommation de l'Egypte au rythme actuel.

Dans cette note de synthèse en anglais, l’EIA américaine (Energy Information Administration) présente les principales données chiffrées relatives à l’énergie en Egypte. Elle y rappelle notamment que l’Egypte est le principal consommateur d’hydrocarbures en Afrique, comptant respectivement pour 22% de la demande de pétrole et 37% de celle de gaz naturel au sein du continent africain. Ces énergies fossiles satisfont encore près de 95% de la consommation d’énergie égyptienne.

Le gaz naturel compte à lui seul pour près de la moitié de la consommation d’énergie primaire en Egypte. Avec la hausse de la demande domestique et un déclin de la production des champs historiques du pays, l’Egypte est devenue importatrice nette de gaz en 2015.

Le gouvernement espère retrouver une certaine «indépendance» grâce à la contribution de ses nouveaux gisements (Zohr mais aussi Atoll ou dans l’ouest du delta du Nil) et de nouvelles découvertes d’importance. L’EIA estime toutefois que «les importations de gaz naturel seront toujours nécessaires pour satisfaire la demande domestique, bien que dans de plus petits volumes».

La consommation de pétrole et d’autres hydrocarbures liquides a également connu une forte hausse en Égypte (la demande de brut a augmenté de 16% entre 2007 et 2017) et devrait continuer à augmenter malgré la mise en œuvre de réformes réduisant les subventions à la consommation.

en relation