Nestle

Stop aux virus!

Marwa Mourad Lundi 09 Juillet 2018-12:31:29 Chronique et Analyse
Stop aux virus!
Stop aux virus!

Vous êtes sujette aux grippes et épidémies en tout genre? Vous ne pouvez vivre sans un paquet de mouchoirs à proximité ? Peut-être avez-vous une faille dans votre système immunitaire. En bref, votre organisme ne dispose pas de l’immunité nécessaire pour se défendre contre les bactéries. La solution pour vous rebooster et vous remettre sur pieds? Revoir le contenu de votre assiette et votre hygiène de vie.

 

Certains aliments sont plus particulièrement adaptés pour renforcer votre immunité de par leur teneur en vitamines et minéraux. Top de ce que vous devrez absolument manger au cours de vos prochains repas.

Mangez le plus possible de fruits et légumes frais, si possible de culture biologique. Utilisez abondamment les aromates, thym, romarin, sauge, basilic, sarriette, etc. Ils apporteront de nombreux éléments nutritifs et protecteurs, connus et encore inconnus de la recherche scientifique. Mangez le plus souvent du poisson, tels que sardines, saumon, maquereau, hareng. Ils sont riches en acides gras essentiels Oméga-3, qui sont très important pour le maintien de la santé.

Boire beaucoup d'eau, minimum 1 litre par jour, contribuera à protéger l'organisme des agressions.

Suivez...

 

Les agrumes

Pour l’hiver, prévoyez de faire une cure d’oranges et de citrons. Riches en vitamines C, ils vous aident à absorber le fer que vous consommez dans les légumes.

De plus, la vitamine C possède des propriétés anti-oxydantes et stimule la production d’une molécule capable de détruire les microbes. Alors dès le matin, on adopte le réflexe jus de citron ou d’oranges au petit-déjeuner pour rester en forme et avoir du tonus.

 

L’ail

Certes, mieux vaut prévoir de vous laver les dents après un repas aillé, mais l’ail a de nombreuses vertus thérapeutiques. En effet, il permet de lutter contre toutes sortes d’infections et vous protège des virus, du cancer. Bref, n’hésitez pas à le découper cru pour l’ajouter à vos salades, votre poisson, votre viande.

 

Le thé vert

Pour renforcer vos défenses naturelles et devenir plus résistante aux agressions extérieures, hydratez-vous en buvant du thé vert.

Outre son effet drainant et diurétique qui fait fonctionner vos reins et nettoie les toxines, il est riche en antioxydants et polyphénols et préserve de ce fait votre capital jeunesse et santé. De plus, il dope votre énergie. Alors, n’hésitez pas à vous offrir des petites pauses thé réconfortantes.

 

Les légumineuses

Au menu de vos défenses, n’hésitez pas à consommer des légumineuses qui permettent de produire des anticorps. Alors faites le plein de lentilles et de graines, qui de plus possèdent des vertus rassasiantes et vous éviteront l’effet coup de pompe surtout en plein hiver.

 

Les champignons

En plus d’être peu caloriques, les champignons sont réputés pour stimuler votre système immunitaire grâce à leurs propriétés antivirales. De plus, ils sont riches en sélénium, connu pour son action anti-oxydante.

En bref, manger des champignons (crus ou cuits) vous permet de préserver vos cellules. Vous pouvez les consommer en salade ou en accompagnement d’un poisson. Alors on enfile ses bottes et on part traquer le bolet dans la forêt pour se concocter une petite poêlée avec des herbes.

 

Les huîtres et les fruits de mer

Rien de tel qu’un peu d'iode dans l'assiette pour éloigner le médecin et retrouver de la vitalité. N’hésitez pas à vous préparer des plateaux de fruits de mer à base d’huîtres, de langoustines, de crabes, de bulots.

Les huîtres sont riches en zinc, un oligoélément qui permet de résister aux infections et qui permet aux cellules immunitaires de produire des molécules anti microbes.

 

Le pain complet

Ne faites pas l’impasse sur le pain ! C’est une grave erreur surtout pour vos défenses immunitaires. En revanche, plutôt que d’opter pour du pain blanc raffiné, privilégiez le pain complet qui vous apportera du fer.

Un manque de fer se traduit en général par une fatigue intense, des crampes, de la nervosité. N’hésitez pas à consommer du muesli le matin si vous vous sentez fébrile et que le pain ne passe pas.

 

Le chocolat noir

Les gourmandes vont être ravies ! Arrêtez de culpabiliser lorsque vous craquez pour du chocolat noir ! C’est bon pour votre système immunitaire.

Riche en magnésium, le chocolat noir possède des polyphénols qui éloignent le stress et procurent du plaisir. Alors au menu, on s’offre deux carrés de chocolat noir avec son café.

 

Le curcuma

Il possède des propriétés antibactériennes qui sont notamment utilisées en cuisine pour prévenir la putréfaction de la viande. Il inhibe la croissance de lymphomes, tumeurs cancéreuses. Un de ses composés, la curcumine est un très puissant antioxydant. On peut l'associer avantageusement au poivre noir, gingembre et cumin.

 

Les produits fermentés

Ils favorisent l'équilibre de la flore intestinale qui est une composante essentielle du système immunitaire. Les bonnes "bactéries" qui composent cette flore, font partie de la première ligne de défense et stimulent la production d'anticorps. Le yogourt, la choucroute naturelle, mais surtout le kéfir, sont des produits à consommer quotidiennement pour maintenir un système immunitaire efficace.

 

L'huile de noix de coco naturelle

 

C'est un excellent produit pour vote thyroïde et pour votre métabolisme. L'huile de coco est riche en acide laurique qui est converti dans l'organisme en monolaurine, une substance que l'on retrouve également dans le lait maternel et qui présente une activité antimicrobienne et antivirale. Des recherches semblent indiquer que l'acide laurique décompose la membrane d'organismes pathogènes. Il faut s'assurer de consommer uniquement de l'huile de coco vierge, non raffinée de qualité naturelle certifiée à 100%.

 

La chlorelle

La seule plante à posséder le facteur CGF qui favorise la reproduction cellulaire (cellules saines non cancérigènes). Ce complexe est formé de vitamines, d'acides aminés et de nucléotides d'ADN et ARN. Ce facteur stimule notamment les défenses naturelles, la résistance et l'énergie. Il aurait également un effet prébiotique (qui favorise l'augmentation des lactobacillus, des bactéries favorables à la santé de la flore intestinale).

 

Les légumes

Si vous voulez éliminer les virus, il va vous falloir manger beaucoup de légumes, surtout des verts. En effet, les épinards riches en fer possèdent également des teneurs intéressantes en vitamine A qui stimulent la production d’anticorps et la prolifération des globules blancs.

De même, les carottes sont une excellente source de vitamine A, surtout si vous les consommez en jus. Alors au menu, on mise sur les légumes de saison et on se concocte une assiette colorée à base d’épinards crus, de potiron, de carottes râpées. Un cocktail vitaminé pour passer l’hiver sans la moindre grippe.

 

Le système immunitaire, cette merveille de la nature

Le système immunitaire est un réseau complexe de cellules et organes qui produisent des agents très puissants de défenses lors d’une agression pathogène.

Comment fonctionne-t-il et faut-il vraiment intervenir dans son fonctionnement pour nous préserver de la maladie?

On nous suggère régulièrement, surtout lors d’épidémies, de le renforcer ou de le stimuler, mais savons-nous réellement ce qu’est le système immunitaire et comment il fonctionne?

Le système immunitaire consiste principalement en un ensemble de cellules et de protéines qui agissent pour protéger l’organisme contre des microorganismes infectieux, potentiellement nocifs, tels que bactéries, virus ou champignons et il joue également un rôle de défense contre les cellules cancéreuses.

La défense de première ligne de l’organisme commence par la peau. Celle-ci est une barrière impénétrable pour la grande majorité des agents infectieux, dont la plupart ne pourront pénétrer dans l’organisme que par les muqueuses, comme la bouche, le nez, les yeux, les organes sexuels. Ces zones sont cependant protégées par les mouvements du mucus, des enzymes et d’autres liquides biologiques.

Cette première ligne de défense fait partie de ce que l’on appelle le système immunitaire inné, dont fait également partie la deuxième ligne de défense que sont la réaction inflammatoire et l’action des globules blancs phagocytes. Certaines substances chimiques connues sous le nom de compléments, qui sont des protéines actives attaquant les bactéries, et l’interféron qui possède des propriétés antivirales, constituent d’autres défenses.

Ce sont des défenses dites non spécifiques et leur action est rapide.

Ce système, très complexe, attaque spécifiquement des agresseurs particuliers et ciblés. Sa fonction consiste à fabriquer des défenses contre une gamme de microorganismes agresseurs ou de cellules cancéreuses (tumorales).

Ce système doit d’abord reconnaître le microorganisme ou la cellule cancéreuse comme un agresseur extérieur ou antigène. Il se produit alors une réaction humorale ou cellulaire contre l’antigène. La réaction humorale élabore des protéines solubles, les anticorps ou immunoglobulines, fabriquées par les lymphocytes B. L’action cellulaire se situe autour de l’activité des lymphocytes T.

Le système immunitaire est présent dans tout l’organisme, mais on estime que près de 80% est situé au niveau de la flore intestinale. D’où l’on comprendra l’importance de maintenir une flore bactérienne complète, en bon équilibre et en santé.

On a longtemps supposé que le système immunitaire était un système indépendant, mais maintenant on a démontré qu’il est intimement relié à d’autres systèmes, tels que le système nerveux et le système endocrinien. Par exemple, les globules blancs possèdent des récepteurs pour les neurotransmetteurs produits par le cerveau. On aurait également découvert des récepteurs spécifiques à certaines hormones et que certains globules blancs peuvent même produire et sécréter des hormones qui communiquent directement avec le système hormonal.

Devant toute agression, on observe deux phases principales de réactions. D’abord, une mise en action du mécanisme d’urgence, comportant des moyens non spécifiques, c’est-à-dire les mêmes quelle que soit la situation. En attendant qu’intervienne la deuxième phase avec des agents spécifiques, tels que les anticorps adaptés à la nature de l’agresseur, l’organisme libère de la properdine, substance bactéricide et une catalase, enzyme défensif intervenant aussi bien contre des microbes pathogènes que lors d’un conflit entre bactéries ou entre bactéries et cellules de l’organisme.

Indépendamment de ces moyens extrêmes, nous avons à notre disposition, en permanence, des moyens toujours en alerte; notamment certaines hormones, des éléments de la lymphe, et la plupart des sécrétions, toutes bactéricides : salive, suc digestif, sueur, larmes, urine, la bile avec son glutathion, etc. Bien entendu, dans l’arsenal de défense de première ligne, ne pas oublier la fièvre, qui est le plus remarquable agent de défense, et le plus négligé, puisqu’un des premiers actes médicaux est d’intervenir pour l’abaisser artificiellement. On interrompt de cette manière l’oxydation, la neutralisation des déchets, virus et germes pathogènes.

La deuxième phase de défense voit l’intervention des anticorps spécifiques, élaborés durant le déroulement de la phase initiale.

Cette deuxième phase est plus longue et prend généralement de 4 à 10 jours (parfois un peu plus) pour être complétée. Elle correspond à la phase finale de la maladie, alors que la première phase correspond à la période durant laquelle les symptômes de la maladie sont les plus évidents. Ces symptômes, ne sont pas la maladie, mais les manifestations de l'action du système immunitaire, qui est au travail.

Alors qu’est-ce que la maladie?

Nous ne tombons pas malade parce que le déroulement normal des fonctions de défense est livré au hasard, mais du fait que nous n’avons pas su entretenir correctement notre corps. Pour organiser efficacement sa défense il nous faut lui restituer les moyens et l’aider avec ceux que la nature met à notre disposition.

Il faut bannir la crainte, l’exclure de nos pensées. Nous savons qu’un organisme qui n’est pas surchargé de toxines peut mieux se défendre qu’un autre; ses défenses sont intactes et ses réactions seront rapides et efficaces.

Pourquoi la médecine officielle actuelle ne peut-elle trouver le secret de la vraie santé? Parce que sa recherche est orientée dans un seul sens de destruction, et non dans celui du rétablissement d’un milieu normal, permettant l’équilibre et la protection naturelle.

On le comprendra, l’organisme est parfaitement équipé pour affronter toute agression extérieure.

Le vrai mal n’est pas ce que l’on appelle « maladie », cet état dénote un effort de l’organisme pour se libérer des obstacles nuisant au bon équilibre des fonctions. La maladie n’est pas une absence de santé, mais le refus d’acceptation, par l’organisme, d’une situation anormale et la traduction d’un effort pour rétablir l’équilibre perturbé. Le professeur Bouchard, célèbre au 19ème siècle, écrivait: «la maladie est l’ensemble des actes qui doivent conduire à la guérison.»

Comprendre par tout ceci que les symptômes ne sont pas la maladie, mais l’effort de l’organisme pour lutter contre un agent agresseur ou un déséquilibre dans son fonctionnement.

Un organisme fort doit réagir contre toute infraction aux lois naturelles chaque fois qu’il est placé dans des conditions anormales.

La vaccination

L’objet de cette chronique n’est pas la vaccination, mais il difficile de ne pas la mentionner brièvement. En effet, par la vaccination la science dite moderne, pense intervenir ingénieusement dans le processus immunitaire. L’idée de la vaccination est donc de favoriser sa vitesse de réaction en lui faisant «connaître» à l’avance un profil d’agresseur possible, pour qu’il fabrique des anticorps contre celui-ci et puisse passer à la deuxième phase de défense dès le début de l’agression.

Dans la réalité, on spécialise l’organisme dans la défense contre les seuls germes dont un échantillonnage lui a été injecté. Le résultat est que l’être humain se défend de plus en plus mal contre d’autres agressions et est de plus en plus fragilisé. Toute nouvelle vaccination est un élément affaiblissant de plus et une course sans fin.

L’agresseur change constamment, appelant à de nouvelles vaccinations et ce cercle vicieux mène à un système immunitaire finalement de moins en moins efficace, étant partie intégrante d’un organisme de plus en plus dévitalisé et pollué par les vaccins.

Et rappelons-nous que le vaccin, ne «protège», si protection il y a vraiment, que pour quelques mois au mieux, alors qu’une immunité acquise naturellement, l’est pour la vie.

Reprendre confiance dans notre système immunitaire

La recherche nous le démontre, le système immunitaire est intimement relié à d’autres systèmes de l’organisme. Il est donc primordial de suivre un mode de vie qui préserve la qualité du « terrain », c'est-à-dire qui maintienne en santé et en harmonie l’ensemble physique et mental. Faisons confiance en notre système immunitaire, il est le mieux apte et équipé pour assurer nos défenses. Sans intervenir directement dans son fonctionnement, comme le fait la vaccination, il est possible de le soutenir en mettant notre organisme au repos, en évitant de couper brusquement certains symptômes, tel que la fièvre, qui ne sont autre que partie de son action et en étant confiant en son efficacité (avoir une attitude positive et sans craintes) et en lui fournissant certains aliments, certaines plantes, qui le nourriront et le stimuleront à faire efficacement son travail. Lorsqu’une plante abaisse la température ou provoque la sudation, elle le fait en parfaite harmonie et symbiose avec le système immunitaire.

Voilà comment il faudrait se comporter pour affronter une agression à notre santé.

en relation