Nestle

Take Care, le serious game qui informe les jeunes sur leurs droits en santé

Test Acount Mercredi 19 Décembre 2018-12:34:25 Jeunesse
Take Care, le serious game qui informe les jeunes sur leurs droits en santé
Take Care, le serious game qui informe les jeunes sur leurs droits en santé

Depuis cet été, un nouveau serious game est proposé sur tous les smartphones: Take Care.

Son objectif: rendre accessible des informations de base pour tous les jeunes de 16 à 25 ans sur leur santé.  Où trouver un généraliste? Qu'est ce que le consentement éclairé? Comment se faire rembourser? Voilà le type de question abordé de façon ludique par ce jeu dont vous êtes les héros.

C’est quoi la différence entre un médecin de secteur 1 et secteur 2 ? Comment je fais pour trouver un généraliste dans ma nouvelle ville ? Et pour me faire poser une couronne sans me ruiner ? Voilà le genre de questions angoissantes que tout un chacun peut-être amené à se poser. Et qui s’avère d’autant plus compliquée quand on a 18 ans, pas de salaire et qu’on vient de s’installer en colocation sans le soutien de papa et maman pour la première fois de sa vie. Voilà pourquoi Assos Santé Auvergne-Rhône-Alpes  a lancé peu avant l’été le premier serious game gratuit pour smartphone, nommé take care. Pour ce faire, cette association d’usagers a demandé un coup de main à Dowino, spécialiste dans la conception des serious game, pour réaliser ce jeu sur smartphone.

A quoi ça sert ?

Ça y est, vous êtes enfin indépendant, libre… et vous vous frottez à la vraie vie, à savoir trouver un logement… Voilà comment commence ce serious game qui explique aux jeunes, une fois qu’ils sont entrés dans une colocation, quelles sont les questions de santé qu’ils vont devoir gérer. « Le jeu reprend le principe d’une discussion par sms entre colocataires et soulève des questions de santé », explique Magalie Aveline, co-créatrice du jeu et chargée de communication. En gros, chaque joueur se glisse dans la peau d’un héros, nommé Farid, qui va chercher une colocation, s’y installer. Et où ses nouveaux amis vont lui poser un nombre de questions sur sa santé. En gros, partir de situations très concrètes pour informer. Et ainsi améliorer l’accès aux soins, alors qu’un rapport de la Croix Rouge tirait la sonnette d’alarme en 2017 : un jeune sur cinq ayant renoncé à se soigner.

« L’objectif était de faire comprendre la tarification, savoir vers qui se tourner quand on n’a pas de médecin, comment récupérer ses informations quand on change de médecin », reprend Magalie Aveline. Après cet échange par sms avec des colocataires fictifs, un écran de synthèse rappelle les informations essentielles. Et renvoit vers d’autres sites ressources. « Par exemple, on aborde la question du coût de la prise en charge en donnant l’adresse du site support, takecare-lejeu.org, qui donne un maximum d’infos. On ne pouvait pas tout faire par le jeu… »

Pourquoi un serious game ?

Le serious game, très ludique et adopté par un certain nombre de jeunes, semblait l’outil le plus adéquat pour toucher à des étudiants et  des lycéens. «Cela nous a semblé être l’outil le plus moderne, capable de capter cette population, rendre le sujet sympathique, remarque le chef de mission de France Assos Santé. Les droits en santé, ça ne fait pas forcément rêver ou envie… »

Généraliste, dentistes… et consentement

Seulement deux chapitres ont été pour le moment inventés pour ce serious game utile. Un premier qui aborde la question du médecin généraliste, un deuxième qui se concentre sur les soins dentaires. « Dans les commentaires sur les stores on a beaucoup de retours positifs, avec une moyenne des notes de 4/5. Mais aussi beaucoup de jeunes qui réclament plus de chapitres car le jeu est pour le moment assez court. Cela nous conforte dans notre idée de poursuivre ce jeu. »

Et, au travers de ces échanges détendus, est abordée une notion aussi actuelle qu’importante. « On a identifié un thème primordial : le consentement libre et éclairé, en gros faire passer l’idée qu’on ne peut pas vous forcer à faire quelque chose que vous ne comprenez pas ou ne voulez pas, reprend Magalie Aveline. Car il arrive souvent qu’avec le jargon médical, un patient dise oui sans comprendre ce qui va se passer. C’est important que les jeunes soient acteurs et décisionnaires de leur santé. »

 

en relation