Nestle

Un jardin pour femmes uniquement à Imbaba

Walaa Al-Assrah Samedi 02 Juin 2018-15:07:05 Femme
Un jardin pour femmes uniquement à Imbaba
Un jardin pour femmes uniquement à Imbaba

Ici c’est Imbaba, un quartier populaire du Caire très connu. Dans l’une de ses grandes rues, à proximité du commissariat d’Imbaba, l’inauguration du premier jardin dans son genre a eu lieu. Ce jardin ayant comme slogan inédit au Caire «  le premier espace vert ami des filles et des femmes". Peut être que cela donne l'impression que les règles d'accès au jardin penchent vers du sexisme; pourtant elles recherchent la sécurité pour les femmes et les filles, loin du harcèlement et de gestes d’ennui de la part des hommes.

Une multitude d’activités  s’offrent dans cette verdure, à commencer par une piscine. Ce jardin se divise en plusieurs parties dont la première est une pièce dans laquelle se trouvent des volontaires qui supervisent avec minutie l’apprentissage des femmes pour les activités artistiques  comme l’art du crochet et un club pour les écrivains.

L’idée a été annoncée par l’Agence internationale pour le développement américain et l’Organisation des Nations unies avec la coopération  du Conseil National de la Femme (CNF). Et ce afin de rechercher un lieu sécurisé pour les femmes surtout dans les quartiers populaires.

Selon le programme annoncé de ces trois institutions, deux autres jardins verront le jour à Manchiyet Nasser et Ezzbet el Haggana, inscrits dans la volonté de retrouver la sécurité dans des pays exempts de violences contre les femmes et les filles, financés par l’Agence américaine. Yousriya Abdel Aziz, 33 ans, une des femmes participant à l’exposition explique qu’en tant que femmes, "on essaye de trouver un espace loin  des violences  sexuelles et orales qui se pratiquent à notre égard que ça soit à la maison ou à la rue ou bien au travail. Cet exemple de jardin nous rend la paix intérieure qu'on ne parvient pas à atteindre, même dans nos maisons » a t-elle déclaré.

Pour sa part, Dr Ikbal El samaloty, chef de l’association de Hawaa l’avenir, une des participantes au lancement du projet, ajoute que la consécration de cette superficie ne vise plus à isoler la femme mais plutôt vise à l’autonomiser sur les plans économique, politique et culturel.

en relation