Une Française en grève de la faim pour obtenir un droit de visite au Maroc

Jeudi 10 Mai 2018-13:54:27 Presse

Claude Mangin-Asfari demande à pouvoir voir son mari, Naâma Asfari, militant de la cause sahraouie, incarcéré à Kenitra.

Elle est amaigrie mais prend la parole avec aplomb. Claude Mangin-Asfari, citoyenne française mariée à un prisonnier sahraoui, a entamé une grève de la faim illimitée le 18 avril afin d’obtenir le droit de rendre visite à son époux, incarcéré à Kenitra, au Maroc. Au vingtième jour de son jeûne, elle a donné une conférence de presse, lundi 7 mai, à la mairie d’Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) dont le maire communiste, Philippe Bouyssou, soutient son combat.

L’édile, qui se dit « préoccupé » par la santé de Mme Mangin, appelle les autorités françaises à intervenir : « nous souhaitons que des signes concrets et clairs soient rapidement donnés » pour faire respecter « ce droit légitime d’aller rendre visite à son époux ».

Claude Mangin-Asfari, professeure d’histoire-géographie de 62 ans, a décidé de cesser de s’alimenter après que plusieurs visites lui ont été refusées. Le 20 octobre 2016, le 6 février 2017 et le 13 mars 2017, elle a été expulsée du territoire marocain. Le 17 avril 2018, à l’aéroport d’Orly, elle annonce le début de son action : « Depuis octobre 2016, je suis interdite de séjour au Maroc. J’ai été refoulée une quatrième fois hier, ici même. Dans ces circonstances, je déclare que je me mets en grève de la faim illimitée à compter de demain. »

Si le dossier est aussi problématique, c’est que Naâma Asfari est un militant connu de la cause sahraouie. Il lutte pour le droit à l’autodétermination du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole revendiquée par le Maroc qui contrôle 80% de son territoire face aux indépendantistes du Front Polisario.

en relation