Une solution équitable et globale de la cause palestinienne est le seul moyen de réaliser la paix

Test Acount Lundi 11 Janvier 2021-21:13:35 Actualités
Conférence de presse des ministres des A.E de l’Egypte, de la Jordanie, de la France et de l’Allemagne
Conférence de presse des ministres des A.E de l’Egypte, de la Jordanie, de la France et de l’Allemagne

Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choucri, a reçu, hier lundi, ses homologues jordanien Ayman Al-Safadi, français Jean-Yves Le Drian et allemand Heiko Maas avant leur réunion destinée à faire avancer les efforts de paix dans la région, rapporte la MENA. La réunion intervient dans le cadre de la position ferme de l’Egypte soutenant la cause palestinienne, et des efforts visant à reprendre les négociations, a dit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le conseiller Ahmed Hafez, dans un communiqué. La réunion ministérielle a porté sur la situation actuelle du processus de paix et les moyens de reprendre les négociations entre les deux parties palestinienne et israélienne pour parvenir à une paix globale, équitable et permanente au Moyen-Orient. Les ministres des Affaires étrangères de l’Egypte, de la France, de l’Allemagne et de la Jordanie ont publié un communiqué sur le processus de paix au Moyen-Orient, lors de leur réunion ce lundi au Caire, pour parvenir à une paix équitable, globale et permanente.

Au cours de l’entretien, les ministres ont discuté de leurs derniers contacts avec les ministres palestinien et israélien des Affaires étrangères et des points de vue de chacun d’entre eux concernant le processus de paix. Les chefs de la diplomatie des quatre pays se sont mis d’accord sur un certain nombre d’éléments qui peuvent résumer en plusieurs points d’après la page officielle du porteparole du ministère des Affaires étrangères sur Facebook.

1- Les ministres se sont félicités, lors de la réunion, de l’occasion qui leur a été offerte pour discuter des démarches possibles visant à faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient, à créer un climat propice à la reprise des négociations entre Palestiniens et Israéliens. Ils ont appelé les deux parties à approfondir la coopération et le dialogue, sur la base des engagements mutuels et à la lumière de la pandémie de Covid-19.

2- Rappelant les principes énoncés dans leur déclaration conjointe du 24 septembre 2020 à l’occasion de leur réunion à Amman, ils se sont fermement engagés à soutenir tous les efforts visant à instaurer une paix juste et durable au Moyen-Orient sur la base du droit international et des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que de l’Initiative de paix arabe.

3- Ils ont souligné que la résolution du conflit israélo-palestinien sur la base de la solution à deux États est une condition indispensable à une paix globale dans la région. Ils ont en outre souligné leur engagement en faveur d’une solution négociée à deux États, garantissant un État palestinien indépendant et viable basé sur les lignes du 4 juin 1967 et les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, vivant côte à côte avec Israël.

4- Ils ont souligné le rôle des États-Unis dans ce contexte et exprimé leur volonté de travailler avec les États-Unis pour faciliter les négociations conduisant à une paix globale, juste et durable dans la région, sur la base des critères internationalement reconnus, et lancer un processus de paix crédible entre Palestiniens et Israéliens.

5- Ils ont appelé les parties à s’abstenir de toute mesure unilatérale compromettant l’avenir d’une résolution juste et durable du conflit. Ils ont réitéré à cet égard l’appel à la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies afin de cesser immédiatement et complètement toutes les activités de colonisation, y compris à Jérusalem-Est. Ils ont également convenu que la construction et l’expansion des colonies et la confiscation des structures et propriétés palestiniennes constituaient une violation du droit international qui compromet la viabilité de la solution à deux États. Ils ont en outre souligné l’importance du respect du droit international humanitaire dans les territoires palestiniens occupés en 1967, y compris Jérusalem-Est.

6- Ils ont souligné l’importance des traités de paix entre les États arabes et Israël, y compris les accords récemment signés contribuant à la résolution du conflit israélo-palestinien sur la base de la solution à deux États afin de parvenir à une paix globale et durable.

7- Ils ont exhorté toutes les parties, y compris le Quartette international et leurs partenaires potentiels, à déployer des efforts collectifs et à prendre des mesures pratiques pour lancer et parrainer des négociations crédibles sur toutes les questions relatives au statut final du processus de paix au MoyenOrient.

8- Ils se sont félicités de l’évolution récente des efforts visant à parvenir à la réconciliation palestinienne et ont salué la volonté de l’Autorité palestinienne de tenir les prochaines élections. Ils se sont également engagés à soutenir les efforts de l’Égypte à cet égard visant à mettre fin aux divisions entre les Palestiniens.

9- Ils apprécient hautement le rôle indispensable de l’UNRWA dans la fourniture d’une assistance humanitaire et de services essentiels aux réfugiés palestiniens. Ils ont demandé à la communauté internationale d’honorer ses engagements envers l’UNRWA, aidant ainsi l’organisation à surmonter le grave déficit financier actuel.

10- Les chefs de la diplomatie se sont mis d’accord sur la nécessité de continuer à suivre l’évolution de la situation concernant le conflit israélo-palestinien et ont appelé à la reprise rapide des pourparlers ainsi qu’à la création d’horizons politiques et à la restauration de l’espoir grâce à un dialogue crédible, en vue de relancer des négociations directes sérieuses, significatives et efficaces entre les deux parties.

Suite à cette réunion, les quatre chefs de la diplomatie ont tenu une conférence de presse. L’Egypte croit au fait que le seul moyen de réaliser la paix dans la région est de parvenir à une solution équitable et globale de la cause palestinienne, a affirmé le ministre des Affaires étrangères, Sameh Choucri, lors d’une conférence de presse conjointe avec ses homologues jordanien Ayman Al-Safadi, français Jean-Yves Le Drian et allemand Heiko Maas, au terme de leur réunion, rapporte l’agence de presse du M-O (MENA). Choucri a ajouté que l’Egypte s’engageait pleinement à déployer tous les efforts en vue d’atteindre cet objectif, évoquant ses récents contacts avec les ministres palestinien et israélien des Affaires étrangères. Le Président Abdel Fattah Al-Sissi, a-t-il précisé, a tenu à recevoir, lundi matin, les ministres des Affaires étrangères de la Jordanie, de la France et de l’Allemagne dans le cadre de l’attachement de l’Egypte à faire avancer les efforts de paix, la cause palestinienne étant la question centrale.

L’Egypte salue tous les efforts visant à réaliser la paix et à parvenir à une solution équitable de la cause palestinienne, selon le chef de la diplomatie égyptienne qui a signalé que Le Caire est conscient de l’importance du rôle-clé que jouent les Etats-Unis à cet égard. Choucri a noté que l’Egypte aspirait à travailler avec les Etats-Unis, avec tous les partenaires régionaux et internationaux et avec le Quartette afin d’atteindre cet objectif, louant le rôle joué par l’UNRWA pour soutenir les réfugiés palestiniens malgré les circonstances difficiles actuelles. Le ministre égyptien des Affaires étrangères a appelé les donateurs internationaux à présenter le soutien à l’UNRWA, surtout à la lumière de la propagation de la pandémie de coronavirus dans le monde. L’Egypte est engagée dans tous les efforts concernant la cause palestinienne pour favoriser le lancement de négociations sérieuses entre Palestiniens et Israéliens, a poursuivi le responsable égyptien, notant que la position égyptienne sur le règlement est ferme. Régler la cause palestinienne en fonction de la solution à deux Etats, qui permet la création d’un Etat palestinien dans les frontières du 4 juin 1967 avec pour capitale Al-Qods, est toujours la position de l’Egypte, a-t-il indiqué, évoquant la vision commune de l’Egypte, de la Jordanie, de la France et de l’Allemagne pour faire avancer le processus de paix et rétablir la stabilité et la sécurité.

De même, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a déclaré que son pays, la France, l’Egypte et la Jordanie, œuvraient pour réaliser un progrès dans le processus de paix au Moyen-Orient. M. Maas avait fait ses déclarations avant son arrivée au Caire pour participer à la réunion quadripartite lundi sur le processus de paix au Moyen-Orient, selon le ministère des Affaires étrangères. Le ministre allemand a ajouté avoir évoqué avec ses homologues concernés du processus de paix au Moyen-Orient, les démarches tangibles pour le rapprochement entre la Palestine et Israël, affirmant que son pays agissait selon la formule de Munich dans le but de réaliser un progrès dans le processus de paix en difficulté entre Israël et la Palestine. Il a indiqué que la réunion du Caire porte sur les mesures pratiques et les détails minutieux que les deux parties pourraient prendre afin de renforcer la confiance et par conséquent relancer de nouveau les négociations directes à long terme. A la lumière de l’administration américaine de Donald Trump, la médiation, comme le Comité quadripartite pour la paix au Moyen-Orient (Etats-Unis, Russie, Union Européenne et ONU), n’a joué aucun rôle durant la dernière phase, mais après l’élection de Joe Biden, l’Allemagne et ses partenaires espèrent que les Etats-Unis joueront un rôle de médiation intègre dans le processus de paix, a dit M. Maas.

en relation