Villeurbanne remet les pendules à l’heure et s’offre une finale de Leaders Cup contre Dijon

Aya Magdi Lundi 17 Février 2020-13:54:15 Sports
Villeurbanne a écrasé Boulogne-Levallois (8859-) en demi-finale de la Leaders Cup, le 15 février 2020 à Marne-la-Vallée
Villeurbanne a écrasé Boulogne-Levallois (8859-) en demi-finale de la Leaders Cup, le 15 février 2020 à Marne-la-Vallée

Très solide défensivement, appliqué et en réussite offensivement, avec une grande rotation pour reposer l’effectif: Villeurbanne a remis les pendules à l’heure samedi en écrasant Boulogne-Levallois (88-59) et allait tenter de remporter sa première Leaders Cup hier dimanche contre Dijon à Marne-la-Vallée. En laissant les Metropolitans 92 de Boulogne-Levallois, pourtant la meilleure attaque du Championnat de France (90 points de moyenne), à 59 points, Villeurbanne a construit son succès en demi-finale de Leaders Cup sur sa défense, selon l’AFP. “Quelque part, on avait une revanche à prendre par rapport au match de la semaine dernière. On gagne avec la manière, c’est bien”, a souligné le capitaine de l’Asvel, Charles Kahudi, qui a pu jouer son deuxième match (treize minutes de jeu) après avoir été écarté un mois des terrains à cause d’une blessure à la cheville.

Les dix derniers jours ont été agités pour les Rhodaniens, entre une nouvelle défaite en Euroligue et deux revers consécutifs en Elite, à domicile contre Boulogne-Levallois (79-69) et à Chalon-sur-Saône (99-96 a.p.) qui leur ont fait perdre la tête du Championnat. De plus, les états d’âme d’Edwin Jackson dans Le Progrès (reproches sur son faible temps de jeu et la faiblesse du jeu collectif de l’Asvel) ont fait quelques remous et le club a d’abord écarté puis prêté le joueur à l’Estudiantes Madrid (1re div.).

La réponse est venue sur le parquet de la Disney Events Arena de Marne-la-Vallée, d’abord vendredi en quarts contre une équipe de Strasbourg en pleine crise (une victoire en 16 matches), mais surtout samedi contre Boulogne-Levallois, avec un jeu offensif bien en place. “J’ai toujours dit que la défense amène des paniers faciles en attaque. Ça a été une de nos forces pendant longtemps, par la suite on a été un peu émoussés et on a eu plus de mal à développer ce rythme”, a ajouté Kahudi.

en relation